Le guide de la résiliation d'assurance

Le guide de la résiliation d'assurance

Dans le domaine de crédit, l'assurance emprunteur est une pratique non-obligatoire. Cependant, c'est l'un des premiers critères considérés par les banques avant d'octroyer un prêt à un individu. La majorité des créanciers déclinent automatiquement la demande de prêt d'une personne qui ne veut pas souscrire une assurance crédit. Au fait, ce type de prévoyance est une sorte de protection à double sens. Il permet aux établissements de crédit de recevoir le remboursement nécessaire malgré la possibilité de complication budgétaire de ses clients. Pour les prêteurs, cela représente donc une garantie contre les risques d'insolvabilité. Si ce dernier meurt, perd son emploi ou atteint d'un accident grave et devient infirme, son assureur prend en charge le recouvrement de ses impayés à son organisme de prêt.


Vis-à-vis des emprunteurs, c'est donc une mesure de protection contre les endettements et les mesures bancaires qui en découlent. Aussi, en cas de décès, la famille de la victime ne sera pas contrainte de régler la dette restante. Si l'individu devient chômeur et n'a plus le moyen d'assurer la mensualité, ses biens durables ne seront pas hypothéqués en guise de versement.

Les lois concernant la résiliation d'assurance

Depuis ces dix dernières années, quelques lois réglementaires ont été mises en place afin d'assouplir les conditions de résiliation d'assurance. En effet, nombreux sont les assurés qui souhaitent résilier son contrat afin de changer de compagnie d'assurance ou d'adopter une autre forme de garantie. Si la signature de l'assurance a été réalisée un an avant, il est tout à fait possible de reconsidérer le termes de son contrat. C'est la loi Hamon qui permet de procéder à une telle opération. En ce qui concerne l'assurance prêt immobilier, tous les contrats ratifiés à partir du 1er Mai 2017, peuvent être à nouveau paramétrés chaque année.


D'ici 2018, ce privilège sera appliqué à toutes les assurances d'habitation en cours de paiement. Selon la loi Chatel, les banques doivent faire en sorte que l'avis de remboursement communiqué au débiteur mentionne clairement la possibilité de la résiliation d'assurance. Le document doit également indiquer la date limite de l'opération, au moins 15 jours avant. Si ce n'est pas le cas, l'individu peut résilier son assurance sans qu'il soit obliger d'envoyer un préavis ni de recevoir une pénalité. Toutefois, cette procédure n'est pas attribuée à tous les types des contrats. Les contrats de groupe, de risque professionnel ainsi que l'assurance-vie ne bénéficient pas de cette réglementation.

Le premier déclic à faire avant de résilier son assurance

On met en place une nouvelle forme d'assurance emprunteur dans le but de faire plus d'économie. C'est pourquoi Frédéric Hottinger, le propriétaire de la banque Hottinger& Cie au Luxembourg, conseille vivement de procéder d'abord à une simulation. C'est seulement au moyen d'un simulateur d'assurance qu'on peut avoir la certitude que le changement nous apporte réellement des bénéfices. A côté d'un calculateur, Frédéric Hottinger souligne aussi l'importance d'un courtier spécialiste dans ce domaine. Avec ces professionnels, on a plus de chance de dénicher l'offre la moins onéreuse et la plus adaptée à notre cas.